La formation de Master inclue souvent des déplacements à l'étranger, parfois sur le terrain, très enrichissants pour les étudiants. Retours sur quelques-unes de ces expériences à l'international.
 


MASTER International Parcours Biodiversité Environnement Végétaux Tropicaux (BEVT)

Les parcours TROPIMUNDO et BEVT de la spécialité SEP s’articulent autour d’une pleine mobilité nord-sud avec un semestre entier au Cameroun grâce au partenariat avec l’université de Dschang.

En 2017 par exemple, la première partie de la formation des étudiants au Cameroun fut constituée d’une série de déplacements et de visites des structures de recherche et professionnelles (cf. carte ci-dessous).

Les sorties sur le terrain ont permis aux étudiants de voir différents types de formations végétales plus ou moins dégradées allant des forêts exploitées à proximité de Kribi aux forêts du parc national de Campo-Ma’an.

La poursuite de l’école de terrain s’est effectuée sur le site de l’IRAD Limbé-Batoké. Les étudiants ont travaillé en groupe en mode projet, soit en salle soit sur des sites comme le versant du Mont Cameroun, l’écloserie de IRAD de Limbé, le Jardin Botanique de Limbé et les forêts environnantes, la forêt communautaire de Bimbia où sont installées des parcelles permanentes, la forêt communautaire de Bakinguili, les campements et débarcadères de pêche.

A l’issue du semestre, les étudiants avaient acquis une expérience de terrain en milieu tropical et eu l’opportunité de suivre une formation donnée par des enseignants du Cameroun spécialisés sur la foresterie, les usages des plantes et les écosystèmes tropicaux. Ils ont été immergés dans un contexte universitaire et scientifique avec ses contraintes locales, et établi des contacts pour faciliter des échanges ultérieurs.

Erasmus + MNHN et Scottish Association for Marine Science (Ecosse)

Un contrat de mobilité Erasmus + a été signé en 2014 entre le MNHN (Soizic Prado, équipe CPNF) et le Scottish Association for Marine Science, Oban, Ecosse (Claire Gachon, Molecular Phycology lab). La mise en place de cette mobilité Erasmus a permis la formation d’étudiants dans les deux établissements et de conforter la collaboration entre les deux laboratoires reposant sur des projets pluridisciplinaires à l’interface chimie/phycologie des algues. 

Kady Du, étudiante de Master 2 MNHN parcours « Microorganismes, Environnement Santé »  a ainsi réalisé, en étroite collaboration avec l’équipe CPNF du MNHN, son stage de Master 2 au SAMS dont les résultats ont été présentés dans le cadre du 6th European Phycological Congress (EPC6) à Londres.1-2

Marine Vallet (Soutenance février 2015) et Anne Tourneroche (doctorante, 3ème année), toutes deux doctorantes de l’ED 227 se sont également rendues au SAMS à plusieurs reprises. Les travaux réalisés en collaboration ont ainsi permis le dépôt d’un brevet international.3

Par ailleurs dans le cadre du contrat pour la mobilité d’enseignement et de formation des personnels du programme Ersamus +, Soizic Prado s’est rendue à trois occasions au SAMS. Elle a ainsi pu initier et former des étudiants en thèse et post-doctorants du SAMS à la Chimie des Produits Naturels. Cette mobilité a permis à Soizic Prado de récemment publier avec K. Ducan, post-doctorante du SAMS4, mais également de participer en tant qu’enseignante au premier Worshop de l’ITN « The ALgal Microbiome: Friends and Foes (ALFF) » en septembre 2015 et au 2ème workshop Global Seaweed en mai 2017. 

Références:

1) A new bioassay to inoculate Kelp sporophytes with the ascomycete fungus Paradendriphiella arenaria. Du, K Strittmatter, M; Prado, S, Gachon, CMM. European Journal of Phycology, 50, 189-189

2) Biodiversity, secondary metabolites and ecological role of fungal endophytes associated with the brown algae Laminaria digitata, Saccharina latissima and Pelvetia caniculata. Vallet, M, Du, KD, Strittmatter, M, Dupont, J, Gachon, CMM, Prado S. European Journal of Phycology, 50, 116-116

3) Patent PCT/FR2016/050137. Marine Vallet, Martina Strittmatter, Kim Guang Hoon, Claire Gachon, Soizic Prado

4) An integrative approach to decipher the chemical communication between the competing endophytes Paraconiothyrium variabile and Bacillus subtilis. Vallet M., Vanbellingen Q., Fu T., Le Caer J-P., Serge Della-Negra S., David Touboul D., Duncan K. R., Nay N., Brunelle A., Prado S. J. Nat. Prod. Acceptée.

Témoignage : un stage en Australie

Pauline Lenancker a effectué son stage de master 2 en Australie et elle nous raconte son expérience.

"Partir à l’aventure en Australie, c’était mon rêve depuis bien longtemps. Alors, quand j’ai appris que je devais faire un stage de 5 mois pour mon Master 2, j’ai sauté sur l’occasion ! J’ai donc contacté un chercheur spécialiste des fourmis invasives au CSIRO (Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation, agence de recherche nationale australienne) pour lui demander de me prendre en stage. Il m’a immédiatement proposé un projet passionnant sur les fourmis de feu, pour lequel j’ai passé trois semaines à Darwin et quatre mois au laboratoire de génétique de Canberra.

Cette première étape réalisée, il a fallu que je trouve de quoi financer mon voyage. Contrairement aux stages dans un pays Européen, il a été assez difficile de trouver des financements pour l’Australie car ils sont soumis à des critères de revenus des parents. De plus, il faut savoir que les laboratoires étrangers rémunèrent rarement leurs stagiaires. Heureusement, j’ai eu la chance de recevoir une aide de la Direction de l’enseignement du Muséum national d’Histoire naturelle ainsi que de l'association Jeunes à Travers le Monde (JTM) qui vient en aide aux jeunes d'Ille-et-Vilaine. Afin de compléter mon budget, j’ai également emprunté une petite somme à ma banque.

Cette expérience a été fantastique : paysages grandioses, faune incroyable, rencontres inoubliables et surtout une immersion totale dans le monde de la recherche. De plus, c’était une occasion unique d’améliorer mon anglais. A recommander à tous les étudiants en manque d’aventure !"

Pauline a par la suite obtenu une bourse de thèse de l'Université James Cook en Australie pour continuer son projet avec ses maîtres de stage de M2.

Témoignage : un stage de M2 à Oxford

Nicolas Soulages a effectué son stage de M2 à l'Université de Oxford.

"Lorsque j’ai appris que je devais faire un stage de 5 mois pour mon master 2, j’étais fortement motivé pour le faire à l’étranger. Après avoir reçu une réponse positive de l’Université d’Oxford en Angleterre, mon départ a failli être remis en cause pour des raisons financières. J'ai alors eu la surprise de pouvoir bénéficier d'une aide du Muséum et d'un financement par le programme Erasmus, j'ai donc pu partir plus paisiblement.

Bien qu’au début je suis parti avec un peu d’appréhension, mon séjour c'est avéré être extrêmement riche et épanouissant. Je n’avais jamais rencontré autant de personnes qu’en ces 5 mois. Mon laboratoire d'accueil était très international, mais c'est aussi le fait de devenir « event manager » de la Société française de l’Université qui m’a permis de faire de multiples rencontres passionnantes.

Tant de culture portée par tant de nationalités et avec respect : Indiens, Australiens, Italiens, Grecs, Chinois, Brésiliens… et bien entendu des Anglais. J'ai pu visiter la magnifique région de Cornouailles avec des personnes qui sont aujourd’hui mes amis. Je n’oublie pas non plus l’exceptionnelle ville de Londres : musées, évènements royaux et culturels, parcs…pubs ! Bref, l’Angleterre is awesome !

Pour moi ce fut le Royaume-Uni, mais j’encourage vivement toutes personnes intéressées par d’autres cultures à vivre une expérience comme la mienne. Croyez-moi, vous ne serez pas déçus et vous reviendrez avec des souvenirs plein la tête."